Par Yvane Wiart. Forum dédié à ceux qui se découvrent surdoués, pour échanger sur leur expérience : sentiment de décalage, réactions à la différence, violence psychologique, stress, joies, bonheurs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Surdoué avéré et jeune papa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Castor13



Messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2014

MessageSujet: Surdoué avéré et jeune papa   Mer 5 Nov - 11:58

Bonjour à tous, même si j'ai toujours ce décalage par rapport à ce que l'on m'a dit il y a une dizaine d'années maintenant, test psychotechnique à l'appui, je suis bien obligé de reconnaître que les comportements évoqués dans l'article, et qui ne sont qu'une petite fraction de ce qu'est réellement mon spectre émotionnel, m'ont fait tiquer. En tant que surdoué (je déteste ce mot, mais il semble qu'il soit devenu une norme qui tendrait à nous valoriser, mais aussi à provoquer un schisme, et parfois de la jalousie de la part de ceux qui vous regardent d'un oeil étrange en se demandant pourquoi vous avez posé une question supplémentaire au prof alors qu'il avait fini et qu'il allait lâcher la classe 5 minutes plus tôt) il est vrai que j'essaye toujours de me retenir de trop intervenir tant l'on m'a dit que ma participation à certaines discussions pouvait être pesante, voire écrasante. Je n'essaye pourtant que d'apporter ma pierre à l'édifice, mais avec, à chaque fois, une impossibilité absolue d'être léger sur le sujet, impossibilité de ne pas couvrir tous les angles. Quand on me reproche ce genre de chose, je me défends, souvent mollement, parfois agressivement, en insistant simplement sur le fait que l'on peut parler de tout sans problème, mais qu'avant de le faire, il faut être sûr de savoir tout ce qui doit-être su. Maintenant, depuis que j'ai grandi, que l'âge adulte et les responsabilités qu'il impose m'ont rattrapé, je cache tout cela, en disant simplement que j'ai une bonne mémoire, et je discute de moins en moins les opinions de mes congénères car j'ai toujours la désagréable impression que je n'arriverais pas à les convaincre, non pas parce que je les considères comme trop faible intellectuellement (même si intérieurement, dans ce genre de moments, assailli par l'émotion d'être, encore, incompris, je me dis, en mon for intérieur "il est vraiment trop con celui-là") mais parce que je sais que ma connaissance du sujet et ma méconnaissance de leurs conventions sociales, et de leur sociologie, va nécessairement faire capoter une discussion qui était pourtant prometteuse.

Si je vous raconte tout ça, alors que par nature, même en compagnie d'autres surdoués, qui m'identifient comme un des leurs sans problème, je n'en parle presque jamais, c'est qu'il y a un mois, je suis devenu père, et que, brusquement, mes jeunes années me sont revenus en mémoire : une capacité infinie à poser des questions, la découverte d'une mémoire "spéciale" (synestétique multi-latérale tout autant qu'eïdétique) qui me posait autant de problèmes qu'elle semblait en poser aux autres qui on rapidement pris conscience que je n'oubliais rien que ce que je voulais vraiment oublier.... Tout ceci me pose aujourd'hui un dilemme, ma petite fille, qui ne fait pour l'instant que s'éveiller et découvrir le monde qui l'entoure, va à son tour poser des questions et cela m'amène à deux angoisses bien distinctes mais pourtant intimement lier : la joie de la savoir dans la norme, savoir qu'elle ne souffrira pas du même isolement que moi dans ma jeunesse, mais avec l'inquiétude de ne jamais être sûr d'être capable d'être à sa portée, de pouvoir lui expliquer les choses simplement, sans livrer un luxe de détails qui vont la perdre et faire de moi une bête bizarre à ses yeux, ou au contraire, l'inquiétude de la savoir surdouée elle aussi, et de pouvoir anticiper ce qu'elle va endurer sans pour autant pouvoir l'empêcher.

Si d'autres parents ont déjà eu le même questionnement (question purement réthorique, je ne suis pas le premier de mon espèce et heureusement) j'aimerais qu'ils partagent leurs expériences avec moi, qu'ils me disent comment ils vivent la situation.

Je ne sais pas trop quoi dire de plus, donc je vais me contenter de salutations amicales.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lio Z
Invité



MessageSujet: La connexion avec ta fille   Mer 5 Nov - 13:20

Bonjour,

Je ne suis pas papa (mais un jour ça viendra).
Je comprends pourtant ton angoisse. Je pense que je la résolverais comme telle:

1. tu ne sais pas encore avec certitude si ta fille est hp (terme que je préfère à surdoué) ou pas (statistiquement ça reste probable mais moins que si la maman l'est)
2. vu que l'éducation et les relations sont bilatérales: ta fille te dira ou te fera comprendre quand tu la saoûleras et (une fois de plus) tu t'adapteras à la situation sans aucun doute!

Voilà mes deux cents de non expert.

Lio
Revenir en haut Aller en bas
Castor13



Messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2014

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Mer 5 Nov - 14:06

Heureusement que l'éducation est bilatérale, sinon ça deviendrait un enfer sans nom, mais je me souviens aussi de l'incompréhension qui existait entre mes parents et moi, de mon père qui vivait parfois mal la situation, en me disant, il y a peu, qu'en dépit de mon calme extrême et du fait qu'ils pouvaient, ma mère et lui m'emmener partout et faire à peu près n'importe quoi avec moi sans que cela pose de problème, que j'ai été pour lui, un enfant difficile. Difficile à cerner, difficile à canaliser. Je le revois encore me dire, en souriant : "petit, tu étais cauchemardesque pour un père comme moi, à la limite de l'adolescence. Je n'avais pas le temps de finir de penser à comment répondre à ta question que tu en avais déjà posé dix autres qui me laissaient encore plus comme un imbécile, à ne pas savoir quoi te répondre, comment satisfaire ta soif de savoir permanent." Il m'a aussi confié que j'étais souvent anxieux étant enfant, même si je dois dire que j'ai toujours eu du mal à admettre une quelconque anxiété chez moi, sans doute parce qu'elle représente une situation tellement habituelle que je ne suis même plus capable de l'identifier en tant que tel. A dire vrai, je ne sais pas ce que je préférerais pour ma fille, le confort d'un cerveau particulier est souvent appréciable, la capacité à trouver des solutions originales, la capacité à penser, à intellectualiser énormément de choses, à les construire et les déconstruire à sa guise, pour les remodeler à sa manière, mais sans oublier le côté "malédiction" de la chose, le regard des autres, leur incompréhension du hors normes dans un monde ultranormé, l'angoisse d'une scolarité ratée par manque d'écoute, par bride de la curiosité, de l'envie d'apprendre et de comprendre. Je sais, me concernant, qu'à de rares exceptions près, de quelques profs, réellement amoureux de leur métier, avec le feu sacré en eux, personne, dans mon parcours scolaire n'a jamais pris le temps de savoir pourquoi je me laissais aller, pourquoi j'ai progressivement décroché, préféré apprendre par mes propres moyens les choses que je jugeais intéressantes, plutôt que d'écouter leur litanies incomplètes et les recracher, tel un pisse-copie moyen ce que l'on me demandai d'apprendre. J'ai peur que ma fille doive vivre cela aussi, sachant que sa mère est très loin d'être idiote, et que les médecins, pédiatres, sage-femmes et autres trouvent déjà la petite anormalement éveillée (même si j'imagine bien que flatter les primipares doit sûrement faire partie du jeu).

En fait, je ne sais pas quoi espérer pour elle, le confort de la norme, ou les possibilités parfois géniales, parfois dramatiques de ces cerveaux qui sortent du lot.

Souvent, il m'arrive d'être gêné par ce don, pas à cause de ce qu'il permet, mais surtout à cause du besoin permanent, de la part des gens "normaux" de quantifier l'intelligence, alors que, je ne sais pas vous concernant, mais je m'évertue à dire qu'il ne s'agit ni de quantité, ni même de qualité, mais simplement de fonctionnement alternatif qui offre des possibilités différentes, perçues comme supérieures car inconnues et donnant parfois des résultats spectaculaires. D'ailleurs, l'une des choses qui me fatigue le plus est de toujours comparer les hp les uns aux autres alors que, finalement, à part les conséquences émotionnelles qui sont souvent assez communes pour nous, nous avons tous un fonctionnement spécifique. Je compare souvent ça aux cas d'amnésie, au sujet desquels on dit souvent qu'il en existe autant de types différents qu'il existe d'amnésiques.

En gros, la naissance de ma fille m'a rappelé directement à ma propre enfance, pendant laquelle j'étais à la fois persuadé que tout le monde était comme moi, et durant laquelle j'ai mis du temps à comprendre que ce n'était pas les autres qui paraissaient étranges, mais moi, et que ces jeunes années m'ont appris, surtout, à vouloir m'intégrer à tout prix, ce que je regrette aujourd'hui quand je réalise le bonheur que je vis avec un cercle d'amis beaucoup plus restreint, qui savent m'apprécier pour ce que je suis, qui ont enfin compris que les connaissances que j'ai, que j'analyse, que je forge et que je partage n'ont aucunement vocation à me donner une prééminence quelconque, mais simplement à partager, à donner sans retenu, pour que, le savoir, que j'ai toujours considérer comme un prêt, une forme de chose que l'on reçoit sans jamais qu'elle nous appartienne, soit transmis et profite au plus grand nombre.

Ce qui aujourd'hui m'inquiète, c'est avant tout de savoir quelle posture adopter avec la petite quand elle commencera à exprimer, par les mots, ce qu'elle est, ce qu'elle désire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MrJack



Messages : 9
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 52
Localisation : Sud France

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Mer 5 Nov - 14:33

Castor13 a écrit:
...
Si d'autres parents ont déjà eu le même questionnement (question purement réthorique, je ne suis pas le premier de mon espèce et heureusement) j'aimerais qu'ils partagent leurs expériences avec moi, qu'ils me disent comment ils vivent la situation.
...
Si je peux me permettre, rassurez vous, ça se passera très bien, surement, ou peut-être pas...
Tout simplement, tout ce qui se présente à vous sera mille fois plus important que vous ne pouvez l'imaginer, et vous ne pourrez faire que comme tous les autres : Improviser ! (car vous n'aurez, comme tout le monde aucun contrôle sur "ça", et c'est étonnant comme ça peut-être reposant, de n'avoir aucun contrôle, vous verrez... )
On est tous égaux face à ça (avec une toute petite pointe de fierté à la fin quand on peut voir qu'on à plutôt réussi king ) et on traverse ça avec une seule force, celle de faire tout bêtement à peine ..."aussi bien que l'on peut".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Castor13



Messages : 8
Date d'inscription : 05/11/2014

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Mer 5 Nov - 14:50

Citation :
On est tous égaux face à ça (avec une toute petite pointe de fierté à la fin quand on peut voir qu'on à plutôt réussi king ) et on traverse ça avec une seule force, celle de faire tout bêtement à peine ..."aussi bien que l'on peut".

Tu as probablement raison, mais je ne peux pas m'empêcher d'intellectualiser la chose alors qu'elle doit sans doute être instinctive, ne pas faire appel à la tête mais au "coeur". espérons que ça vienne avec le temps Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MrJack



Messages : 9
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 52
Localisation : Sud France

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Mer 5 Nov - 15:07

Je parle surtout d'expérience. Wink
le rôle de parent ne s'apprend pas, il se vit. Parce qu'il se découvre au fur et à mesure que tout se présente, et qu'on a pas le temps d'anticiper (ni même la possibilité, aucun livre ne prépare réellement à l'ampleur de ce qu'on vit.)

Si comme je le pense beaucoup ici sont à l'aise dans l'improvisation, car c'est un style de vie ("Vous procrastiniez, n'est-ce pas ? Alors improvisez maintenant !") qui limite le stress de la préparation auquel nous sommes très sensibles, alors vous trouverez dans la course constante le confort de ne pas pouvoir tricoter vos neurones à ce qui va venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
denis
Invité



MessageSujet: Surdoué avéré et jeune papa   Jeu 6 Nov - 11:20

Bonjour je me permets de vous répondre, car je suis papa depuis 6 ans et j'ai une petite expérience à ce sujet (sans vraiment de solution)
tout d'abord j'ai découvert ce forum hier et viens de m'apercevoir auprès d'autre recherche sur internet sur (les surdoués)que je suis apparemment (surdoué) j'aime pas non plus ce mot , mais quel bonheur de m'apercevoir que je n'ai pas un cerveau qui fonctionne mal (chose dont je suis persuadé depuis toujours) et surtout que je fais partie d'un pourcentage important de la population ce qui me rassure même si cela ne va pas règle toutes les choses.
Comme beaucoup de personnes faisant partie de cette catégorie j'ai eu un parcourt scolaire en dent de scie ,sauter une classe puis redoubler quelques années plus tard, etc..
Très tôt je me suis posé beaucoup de questions blizzard, notamment sur le comportement humain ,il y avait des comportements que je ne pouvais pas comprendre notamment le faite de mentir ,de dire du mal par derrière, de prendre quelque chose qui ne vous appartient pas, etc...
J'ai a présent 40 ans et ai vécu une vie tumultueuse je ne vais pas entré dans les détails, mais bien que de l'extérieur ma vie jusqu'à présent peu paraitre assez réussi, j'ai beaucoup souffert et souffre toujours de ce décalage avec les (autres) et surtout dans le travail.
Pour en revenir au fait d'être père et de l'enfant , c'est l'événement le plus fort et le plus bouleversent qui me soit arrivé, comme as tout le monde me direz vous , mais j'ai du me battre rapidement avec moi même et mon ( décalage avec la société , les relations humaines et mes pensées), car le jour ou il est arrivé je me suis dit ,la on (rigole plus) tes questions métaphysiques tu les ranges au placard tes rêves de réussite artistique t'as eu assez de temps pour essayé de les accomplir, tu n'es pas arrivé ou tu voulais et bien tant pis pour toi, tu fais comme tout le monde tu rentres dans la masse tu trouves un job qui paye pour t'occuper de ta famille et qu'elle ne manque de rien et puis voilà.
Résultat j'ai trouvé un emploi qui rémunère bien à l'étrange et nous avons fait nos valises.
Mais la vie est assez joueuse Smile ,mon fils à très vite montré des facultés différentes et très vites on a commencé à nous dire à la garderie et à l'école votre fils ne se comporte pas comme les autres, il a du mal a se canaliser, mais par contre il fait des bricolages impressionnants ou par moment il tien des propos qui ne sont pas de sont âges, donc on s'est fait convoquer plusieurs fois, car ils voulaient voir si les parents de l'enfant étaient normaux et s’ils l'éduquaient de la bonne (façon).
Embêtés par mon fils qu'ils n'arrivaient pas à mettre dans une case avec des parents qui ont l'air normaux, nous avons eu droit à des expertises sur mon fils.
Ce qui part d'un bon sentiment et qui montre que l'école essaye de réagir très vite dès qu'elle détecte un enfant qui n'est pas dans la norme à 100 pour 100 ).
Le problème c'est que les étiquettes peuvent être mise un peu hâtivement et à l'âge de 3ans on nous annonce que notre fils souffrirait du syndrome d'asperger, qui est une forme d'autisme ! , nous avions l'impression que le monde s'écroulait autour de nous, mais trouvant le raccourci un peu rapide nous avons consulter d'autre spécialiste et finalement il ne souffrait pas du tout de ce syndrome.On nous a dit ensuite que s’il était comme cela ,ça devait forcement venir de nous et de notre éducation, ensuit qu'il était hyper actif, etc... maintenant il a 6 ans à l'école lorsqu'on est convoqué pour un bilan de scolarité on se demande ce que l'on va nous annoncer, mais avec les années d'expérience cela ne nous inquiet plus vraiment. On a compris que notre fils avait besoin d'être nourri d'un peu plus de connaissance et d'activité que d'autres enfants de son âge, alors on l'inscrit à des ateliers de bricolage, de musique, de sport en tout genre, et il voit une psychomotricienne pour apprendre à se poser, car il nous dit souvent que son cerveau va trop vite et qu'il est fatigué.
Donc personnellement je pense que si votre enfant semble avoir des aptitudes (surdoué) il faut très vite s'en apercevoir et accepter chose, chose que je n'ai pas faite au début en espérant qu'il ne me ressemble pas trop dans ma façon de réfléchir et essayer de l'accompagner au maximum.
En tout cas je suis très heureux de pouvoir enfin mettre un nom a cette façon de réfléchir, car cela me montre qu'il y a pas mal de gens dans le même cas et que je vais pouvoir enfin échanger avec d'autres personnes et essayer d'accompagner au mieux mon fils dans le développement de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
jaramida



Messages : 4
Date d'inscription : 20/03/2015

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Ven 20 Mar - 4:26

Bonjour chers congénères ou prétendus tels, et bonjour ami primipare,

Je ne suis pas père. Mais ne l'étant pas, je me permets justement de vous rappeler ce que la paternité a pu vous faire oublier, quelque chose de vraiment outrageant à mon sens: vous poser la question de censurer votre fille est un scandale en soi; vous comparer à votre père en est un autre. Mes mots ne sont pas légers mais mérités, vous allez voir.

En effet, comment, avec notre étrange expérience de la vie telle que peu de personnes peuvent même concevoir, pouvez-vous vouloir refuser cette vie supérieure (je l'assume) aux générations qui nous suivent ? Vous pensez sans doute notre Bénédiction d'esprit davantage comme une malédiction tant elle en prend trop souvent la figure. Simplement, c'en est le prix. On ne peut se renier. Au contraire. Etre heureux ne signifie pas simplement voir le bonheur de ceux qui nous font souffrir et d'être autrement que ce que l'on est, à moins que l'on puisse s'améliorer ainsi. Mais non! l'injonction de métamorphose est souvent faite par des gens banals, idiots, inférieurs (et il ne faut pas avoir peur du mépris naturel envers ceux qui ne méritent pas autre chose et qui nous donnent l'ordre de déchoir)... Vous voulez que votre fille ne soit plus elle-même pour ne pas souffrir de l'enfer que les autres se feront un plaisir de lui faire goûter... Sachez que même dans l'ignorance de sa nature et même dans la foi aveugle qu'elle est comme tout le monde il n'y aura aucun moyen, pour elle, d'y échapper. D'autant que les gens comme nous sont rarement aveugles et ignorants, ou, du moins, jamais trop longtemps. Que lui diriez-vous une fois qu'elle viendra pleurer après que ses petits camarades se soient moqués d'elle parce qu'elle n'a pas pu oublier la leçon de la veille, y a pensé, au point de poser une question à l'instit le lendemain ? Imaginez l'affront pour les petits camarades bébêtes qui se contentent ingénument de répéter et de réciter une leçon déjà partie de la mémoire sitôt le jeu de perroquet terminé. Sans doute songez-vous à lui expliquer qu'elle est un perroquet comme les autres. Cela l'aiderait certainement à relativiser le premier incident. Mais le deuxième? et le troisième? et tous les autres! car, vous devez le savoir, le naturel curieux sied trop mal aux groupes dont les règles sont arbitraires, c'est-à-dire à peu près tous les groupes scolaires comme parascolaires. Pour le dire autrement, l'Ecole enseigne l'uniformité même à ceux qui perçoivent l'existence en plusieurs nuances et figures. Quand votre fille va parler de gris, de cramoisie, de smaragdin, et d'indigo, ainsi que d'étoile, de pentagramme, de toutes sortes de polygones, elle se trouvera devant l'évidence éminente et manifeste de sa perception fine et subtile, et en contradiction avec la cécité de ses camarades et le déni de ses parents. Alors, plutôt que de la préserver de son fardeau, vous l’alourdirez. La souffrance en décuple. Comment! se dira-t-elle, mes parents, qui peuvent me comprendre, font le choix de ne pas voir? Je le sens, pourtant, que je ne suis pas comme les autres!... Le solipsisme la prendra dans ses bras comme Morphée accueil celui qui renonce à l'éveil. Paradoxalement, nul ne sait ce qui peut bien se passer dans la tête d'une personne convaincue de sa propre existence mais tellement consciente de sa singularité qu'elle ne voit en autrui que des automates végétatifs. Donc, à partir de là, vous n'aurez plus aucune influence sur les éventuelles gloires et les potentiels déboires de la vie de votre fille. Vous pourrez dire: alea jacta est. Mais dire que vous avez fait ce que vous avez pu vous sera tout bonnement interdit. Vous vous direz plutôt: j'ai été pris par les discours des imbéciles conformistes, qui m'ont convaincus, de faire de ma fille, de cet être d'exception, une banalité comme eux; et je l'ai perdue, car ma fille, mon exception, n'est pas banale. Alors, votre propre père, que je présume paré de toutes les qualités du bon père de famille, vous demandera si votre fille a été aussi difficile pour vous que vous ne l'étiez pour lui. Et vous serez obligés de répondre: elle a été difficile, mais seulement parce que je n'ai voulu ni voir ni entendre, ni savoir ce qui se produisait en elle car je ne voulais pas qu'elle souffre... elle a souffert justement de cela... je le regrette! Et quand il ne reste plus que le regret c'est que tout est perdu.
Vous pourriez, au contraire, décider d'assumer toutes les particularités de votre fille. L'encourager quand elle se pose de questions et répondre à toutes les questions qu'elle vous pose. Vous pourriez lui dessiner un grand avenir en stimulant son bon naturel et ses bons penchants, en lui donnant tout ce qu'il lui faut pour ses désirs et ses plaisirs. Vous pourriez lui transmettre votre expérience de l'existence, lui expliquer que le bonheur c'est de rendre heureux ceux qui nous rendent heureux, et que ce bonheur-ci, le seul vrai bonheur qui soit, ne se conçoit qu'en accomplissant de grandes oeuvres, tout en étant entouré par des personnes de même motivation. Mais également, par exemple, lui expliquer qu'accepter son sort n'implique aucunement de se résigner à tout en s'imbibant de n'importe qui, mais que plutôt cela signifie écraser l'infâme. Vous pourriez donc lui apporter ce qui votre père n'a pas pu vous apporter.


Avec tout le respect que je dois à une personne que je ne connais pas, pardonnez mon ton et la sévérité de mes reproches, je ne sais faire autrement face à ce qui me semble injuste. Censurer votre fille serait donc une grossière erreur à mon sens, et, de mon point de vue, un outrage à l'intelligence. J'espère seulement que ce message produit quelque effet. Mais quoi qu'il en soit et en tout état de cause, faites comme vous devez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lamikaouette



Messages : 1
Date d'inscription : 11/06/2015

MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   Sam 13 Juin - 0:34

Vous savez jaramida, je vous comprends.

Je ne pense pas être HP (en tout cas, je vais faire en sorte de le savoir très "vite"). Cependant, je sais faire preuve de lucidité.

Mon fils (qui a 4 ans et demi) n en finit pas de nous étonner par sa mémoire, ses raisonnements, son langage, sa compréhension presque innée des choses qui ne sont,d'après ce que tout le monde nous dit, pas sensées être a sa portée. En tout cas pas de façon aussi naturelle.

C'est mon premier enfant, et ne connaissant rien de ce que les enfant sont sensés connaitre ou non, nous allons le faire tester (enfin, s'il se prend au jeu).

Je voudrais juste savoir s'il a un moteur de formule 1 dans le crâne. Pas pour en tirer la fierté malsaine du montreur d'ours qui a trouvé un singe savant, mais plutot pour lui construire un circuit adapté. Juste pour qu'il puisse se réaliser...

Je me fiche éperdument qu'il soit HP ou non. Ce qui me préoccupe, c'est le gouffre qui se creuse si naturellement entre lui et ses camarades. Je ne veux pas qu'il se bride. S'il peut briller comme le Soleil, je veux juste qu'il en ait la possibilité et qu'il puisse rester tel qu'il est à présent: spontané, ouvert, naturel, vif. "Papa, le caca des animaux c'est super: c'est grâce à ça qu'on peut savoir où ils sont." Pas mal l'idée, et juste dans beaucoup de cas: grâce à son observation, monsieur a pu voir des hirondeaux affamés!

J'en vois des parents qui font tout pour que leur petit singe savant (qu'ils hyper stimulent) soient classés comme HP. Mon fils, un simple petit élan le fait partir a 100 à l'heure. Je considère que booster un moteur de Twingo à 700 cheveaux c'est dangereux. Brider un moteur de 700 chevaux à 90, c'est un ridicule gâchis. Alors j'ai besoin de savoir.

Je veux juste qu'il soit heureux. Et manifestement les HP non reconnus sont très loin de l'être pour certains. Lui éviter l'inutile, lui créer sa norme, s'il est HP, c'est tout ce qui comptera. Le reste n'aura aucune importance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Surdoué avéré et jeune papa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Surdoué avéré et jeune papa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Surdoué avéré et jeune papa
» Papa n'est pas chrétien.
» Etre papa
» Un jeune corse...mais lequel ?
» Vania MOISSEIF le jeune martyr de Volontirovka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surdoué(e) adulte :: Echanges :: Surdoué : si vous l'étiez ?-
Sauter vers: