Par Yvane Wiart. Forum dédié à ceux qui se découvrent surdoués, pour échanger sur leur expérience : sentiment de décalage, réactions à la différence, violence psychologique, stress, joies, bonheurs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 J'ai peur de ma créativité et..... de mon intuition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoire1957
Invité



MessageSujet: J'ai peur de ma créativité et..... de mon intuition   Sam 16 Aoû - 22:42

Bonsoir,
J'ai été diagnostiquée en mars dernier comme étant HP. J'ai 56 ans. Enfant, j'étais très créatrice, souvent "distraite", j'aimais restée seule des après-midi entières, puis à l'adolescence suis devenue le petit canard boiteux de la famille. J'avais énormément de maturité, je me rappelle avoir lu le "Horla" à 11 ans, et avais l'intime conviction que la schizophrénie pouvait se soigner, qu'un jour on trouverait un "pont" entre les névroses et les psychoses. Je ne comprenais pas que le diagnostic s'arrêtait purement au système psychiatrique du moment. A 14 ans, j'ai lu tout "Freud" en cachette.... Au lieu d'étudier.... Mes parents me trouvaient "bizarre" et bien sûr, je ratais mes études d'une manière chronique = aucun intérêt... J'avais également mis mon côté créatif de côté.... J'étais dépressive à 15 ans, puis ai fugué... Je ne comprenais plus, ma vie n'avait aucun sens.
Je me suis bien accrochée après (mes parents, ne me supportant plus m'avaient "placée" chez ma tante) j'ai passé le bac, mes profs m'encourageaient, j'étais devenue "la vedette" du lycée :-). Je voulais bien sûr faire psycho... Mes parents se sont tout à fait désintéressés de mes études. Et quand je suis revenue avec le diplôme, en demandant de faire la Fac de Psycho... Ils ont refusé et m'ont envoyée travailler. J'étais très complexée de n'avoir pas fait d'études supérieures. Finalement je les ai faites par moi-même en collectionnant des formations à n'en plus finir.... J'avais l'impression d'usurper la place, que je n'étais pas l'égale des autres. A 45 ans j'ai été hospitalisée pour attaques de panique.
Je n'arrivais pas à garder un boulot stable et quittais souvent une place que les autres considéraient "en or", parce que souvent je me disputais avec une autorité qui selon moi dysfonctionnait clairement.... Mes collègues minimisaient les faits en disant que j'étais trop susceptible et qu'il fallait bien s'accommoder de patrons, qui pour ma part étaient incompétents.... J'ai même remis ma démission - alors que je gagnais très confortablement ma vie - pour des injustices commises aux autres employés. Souvent j'avais l'intuition que je devais partir avant que le bateau ne coule... J'ai souvent eu raison.
A 50 ans, la descente aux enfers a commencé, je suis devenue accro au Xanax, mais mes peintures, mes créations, la musique me permettaient de garder la tête hors de l'eau... Il y avait bien des amis qui me trouvaient douée, mais jamais je n'ai cru en moi, jamais je n'ai osé exposer (à nouveau impression d'usurpation).
L'année dernière fut le bouquet ; j'avais organisé - en tant que coach - une suite de 3 séminaires sur la visualisation créatrice :  la moitié de mon exposé était dédiée à la neurologique, pour expliquer justement le POURQUOI de sa réussite. Mes collègues me disaient de zapper cette partie, qui à mon sens était essentielle. J'ai préparé ces séminaires pendant 4 mois, cela devenait obsessionnel, je ne voulais rien rater, ne pas me tromper sur mes sources, j'y travaillais pratiquement jours et nuits, je ne voulais pas d'aide puisque les autres coachs ne pensaient pas comme moi...
Le premier séminaire a été applaudi, mais j'ai été incapable de faire le second et le troisième, je n'avais plus de force, en réalité.... le sujet ne m'intéressait plus, mon énorme enthousiasme s'est éteint. Moi aussi petit-à-petit jusqu'à finir par un burn-out, j'avais l'impression d'être sans cesse à contre-courant, d'être out, d'être finie.
Je suis restée hospitalisée pendant 3 mois (les médicaments m'endormaient, je n'avais plus la vivacité d'esprit habituelle, bref, j'étais soi-disant en profonde dépression....) Quand je suis sortie, on m'a fortement conseillé de fréquenter un "Centre de Jour" pour assuétude médicamenteuse... J'y suis depuis début janvier, et ai eu l'énorme chance d'avoir comme référante une infirmière psychiatrique qui a pu m'observer tous les jours pendant 3 mois aux différentes activités proposées : atelier créatif, groupe lecture, ciné forum, affaires de femmes, ...... Un jour elle demande à me voir, me parle de douance et me conseille de lire un livre, de me faire diagnostiquer, et enfin de me faire suivre par une psychologue spécialisée HP..... Le diagnostic établi, je ne voulais pas y croire, cela m'a encore plus angoissée... Puisque j'étais aidée, j'ai fini par l'accepter et par en être quasi fière (à part les critiques des autres qui perdurent, style "Madame je sais tout" ou comme si je mentais "mais ce n'est pas possible que tu aies fait tout cela dans ta vie" ; heureusement mon sens de l'humour me permet de réagir au quart de tour, mais suis tout de même blessée de ce genre de critiques....
En avril, le centre proposait des après-midis d'hippothérapie ; j'étais tellement secouée dans mes tripes, tellement en phase avec les chevaux, je n'avais pas besoin de verbaliser, mes émotions venaient naturellement, le cheval me "comprenait et je le comprenais". J'ai retrouvé mes anciennes passions naturellement (intérêt pour les plantes médicinales ; les lectures et émissions "positivement visionnaires" pour un monde sans compétition, un monde de collaboration plutôt que de compétition).
De septembre à juin prochain, je fais un bénévolat pour un centre d'hippothérapie - qui rencontre les mêmes valeurs que moi - avec des enfants autistes; trisomiques et arriérés mentaux ; je me suis inscrite en septembre 2015 pour suivre une formation universitaire d'hippothérapeute.... Je me sens très souvent bien dans ma peau, de plus en plus, je me lève de bonne humeur, je m'amuse seule, ma psychologue est formidable, je la vois une fois par semaine.
L'expérience en vaut la peine (heureusement je n'ai pas la même notion du temps que les autres, je n'ai pas peur de vieillir, ma ligne du temps n'est pas linéaire, elle ne va pas de gauche à droite), je ne regrette pas ma jeunesse... Je la vis enfin maintenant. A vous je peux l'expliquer et vous encourager, comme j'encourage mes trois enfants, d'une manière plus subtile, mais ils suivent le mouvement. Merci de m'avoir permis de partager mon expérience. Mon pseudo est Victoire, c'est ainsi que voulait me nommer mon défunt père, car je suis née un 11 novembre....
Revenir en haut Aller en bas
nadette57



Messages : 2
Date d'inscription : 03/09/2014

MessageSujet: Re: J'ai peur de ma créativité et..... de mon intuition   Mer 3 Sep - 6:10

Bonjour je me reconnais bien en vous....j'aimerais pouvoir faire un échange verbal avec vous...j'ai 56 ans je viens de découvrir par moi même qui je suis...j'ai tant à raconter à partager ...mais avec qui ?
Cordialement Nadette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
J'ai peur de ma créativité et..... de mon intuition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai peur de ma créativité et..... de mon intuition
» agoraphobie et peur d'affronter seul le monde?
» La peur de ma vie, premier blocage!
» Fibroscopie et coloscopie: j'ai peur!!
» Anorexie comportementale et peur de manger

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Surdoué(e) adulte :: Echanges :: Surdoués : les reconnaître-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: