Par Yvane Wiart. Forum dédié à ceux qui se découvrent surdoués, pour échanger sur leur expérience : sentiment de décalage, réactions à la différence, violence psychologique, stress, joies, bonheurs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saraswati
Invité



MessageSujet: surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?   Mer 14 Déc - 16:40

Bonjour,

j'arrive ici après m'être égarée sur la toile, à la recherche d'infos au sujet de mon fils (10 ans), qui avait passé un WISC en CP, avec un résultat au ras des limites supérieures.
Et à force de lire des descriptifs sur les adultes HP, je finis par me poser des questions...

Est-ce que c'est ça, ma gêne, mon embarras quand les gens s'extasient sur ma faculté à retenir la musique en un clin d'oeil alors que je ne founis aucun effort? Quand j'ai toujours une solution pragamatique mais plutôt inhabituelle ou indirecte à proposer? Quand je suis capable de jouer de n'importe quel instrument assez vite même si je n'en ai jamais fait, de jouer et chanter en même temps, de coudre des belles choses, de pinailler sur des recherches hyper-pointues à propos de la prononciation de l'anglais shakespearien? Quand je me sens bizarre ou même mauvaise professionnelle, à lire que tous mes collègues préparent leurs séances de rééducation pour chaque patient, alors que moi j'ai arrêté de le faire au bout de 6 mois d'acitivté pro parce que je trouve que je préfère réagir et m'adapter sur le vif à la problématique du patient?

Est-ce que c'est pour ça que je n'ai jamais réussi à avoir de "meilleur ami(e)" à partir de mon retour en France à 8 ans? j'ai toujours mis ça sur le compte de la timidité, et du fait d'être nouvelle arrivante alors que les entourages étaient déjà établis... Trop de déménagements, pas forcément de facilité à m'intégrer, être adoptée par les autres, et pas un tempérament à m'imposer. Combien de fois m'a-t-on traîté de "pot-de-colle". Au collège, les autres ne m'aimaient bien qu'aux heures d'études quand il s'agissait de faire les devoirs de français, d'anglais, de latin... Pas de petit copain avant l'âge de 23 ans!! J'ai commencé à avoir le sentiment que je faisais peur aux hommes. En 3ème, un copain m'avait surnomée "le Sphinx". Trop discrète, pas bavarde...

Je n'ai jamais eu le sentiment d'être "surdouée". Pour moi, un surdouée, c'est quelqu'un qui saute une voire des classes, qui réalise des choses brillantes. Qui se démarque.
Moi je me suis contentée d'être une bonne élève, avec une bonne mémoire auditive. Peu besoin d'apprendre, c'est vrai, mais aussi devenue une quiche en maths et physique à partir du lycée. Panne strictement rien à la géométrie, et je vous parle même pas de visualiser en 3D, et quand on est couturière, ben c'est un vrai handicap. Pas vraiment brillante en philo non plus, apprendre par coeur des citations et être capable de les ressortir en dissert au secours. Et le pire c'est l'histoire-géo. Pas foutue de retenir une date. Un peu fâchée avec les chiffres. Infoutue aussi de gérer un budget, de contrôler mes finances. Capable de refaire 3 fois la même addition un peu longue avec des résultats différents à chaque fois au moment de boucler la déclaration d'impôts (vive les comptables). J'ai repiqué mais première année d'études (première fois que je redoublais) aprce que je ne savais pas étudier sans contrôle continu,

Mon intelligence à moi, elle est artistique, et kinesthésique et empathique. C'est juste mon mode de fonctionnement.
J'ai toujours été placée au premier rang des spectacles de danse, même quand j'étais plus grande que els autres de la classe (et je trouvais ça ridicule et gênant). Parce que J'avais une bonne mémoire de la corégraphie et un bon sens du rythme.
On m'a souvent donné des solos dans les chorales. Encore une fois, parce que j'apprenais facilement et vite le morceau et j'étais fiable. Enfin ça, c'est l'analyse que j'en faisais.
J'ai toujours apprécié d'aider les autres, leur montrer le petit bout qu'ils n'avaient pas compris. J'arrive assez facilement à déterminer quel est le bout qu'ils n'ont pas compris plutôt que de tout recommencer de A à Z, et j'ai de la facilité à reformuler, ou trouver une approche différente. "Traduire" les choses.
J'ai de la facilité avec les langues aussi, particulièrement la phonétique. Et j'aime ça.
Mais ce ne sont pas des choses que j'apparente au fait d'petre supérieurement intelligent ou surdoué... ce sont juste des aptitudes privilégiées, tout le monde en a dans un domaine ou un autre. Non?

Malgré tout ça, je reste très seule. J'ai 43 ans aujourd'hui, suis maman d'un petit blondinet adorable et très vif. J'ai toujours l'impression d'avoir un train de retard sur lui.
J'ai peiné dans cette dernière ville à créer un minimum de réseau, en 6 ans ce n'est que sur la fin que j'ai commencé à avoir plus de liens... mais pas tellement d'amis, hors ceux trouvés sur la toile, qui ont des centres d'intérêt communs.
Et voilà, à la fin de l'année, on va déménager, encore, et il va falloir tout recommencer à zéro, et ça me terrifie. J'ai l'impression que la différence se voit de plus en plus. Ou qu'on me la fait remarquer de plus en plus. En particulier dans le monde artistique où je gravite. J'ai du mal à accepter les compliments, je les trouve démesurés, j'aimerais me faire petite souris et aller me cacher dans un trou.

Bonbon, de tout ça, pas de quoi fouetter un chat, me direz-vous.
Et puis j'ai commencé à lire, sur la toile. Et là j'ai vu mention de mes autres facettes, un peu moins jolies. Une humeur en dents de scie, très cyclique. Pas pathologique, mais quand même des phases d'apathie et de suractivité très marquées, plus que la moyenne... Et cette dépression d'hiver, qui devient de plus en plus précoce et tardive, qui s'étire, qui revient, qui devient plus profonde aussi... Et quand je vois ces traits cités en lien avec les HP. Ca plus tout le reste. Je me pose des questions maintenant. Et pourtant je persiste à ne pas trouver mon questionnement légitime, je le trouve arrogant, nombriliste...

Qu'est-ce que je fais de tout ça? Pensez-vous qu'effectivement je pourrais appartenir à la famille HP? Que ça vaut la peine de pousser les recherches, de faire un diagnostic? Et pour quel résultat? Est-ce que le fait de savoir, de trouver une case où se ranger va m'aider sur le plan social? Ou à mieux accompagner mon fils? Ou est-ce que ça n'est qu'une étiquette pour qui aime bien ranger les gens dans des boîtes? Ceux qui ont été diagnostiqué, ça vous a servi? En quoi?

Merci de m'avoir lue jusqu'ici, et merci par avance d'être totalement francs et honnêtes dans vos commentaires Smile
Revenir en haut Aller en bas
petit-mouton-noir



Messages : 3
Date d'inscription : 20/12/2016

MessageSujet: Re: surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?   Mar 20 Déc - 10:07

Bonjour,
Ton raisonnement n'est pas nombriliste, par contre la plupart des gens jugent les personnes qui essayent de se comprendre ...
C'est TA vérité et personne n'a le droit de t'en priver. Ce n'est pas de l'égocentrisme que d'admettre avoir des capacités différentes et "hors normes" ( d'autant que dans notre société c'est plutôt considéré comme une tare..
J'ai lu attentivement ton message et je m'y suis reconnue en de nombreux points .
La géométrie ça allait pour moi car "concret" par contre les equations... Smile
Arrive tu toi aussi à garder en mémoire toutes les partitions que tu as joué?
Cordialement,
Petit-mouton-noir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melli
Invité



MessageSujet: Même questionnement    Mer 21 Déc - 8:42

Plusieurs personnes m ont dit que j étais probablement précoce ( très récemment ). J ai 46 ans. On m a dit que je devrais essayer de me faire tester. Mais qu' est ce que ça va changer? Qu' est ce que ça va m apporter? Est ce que ça pourra me faire aller mieux socialement ? Mes difficultés à rentrer en contact avec les autres me pèsent énormément et 20 ans de psy n ont rien changé.
Revenir en haut Aller en bas
PJ



Messages : 7
Date d'inscription : 09/01/2017

MessageSujet: Re: surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?   Lun 9 Jan - 23:44

Hey, juste pour dire que malgré la présence d'autres personnes sur internet, rien ne remplace le contact humain.
En parles-tu avec ton enfant, de ces sujets ?
Qu'en dit-il ?
J'espère que ton déménagement se passera bien pour toi.
Je suis de tout coeur avec toi.
J'ai essayé d'éviter le diagnostic autant que possible, pour ma part.
J'espère que tu trouveras tes réponses, j'avoue que je suis dans un questionnement similaire, bien que je suis presque sûr que si la surdouance existait autrement qu'en construction, j'en ferais partie, de par les expériences des derniers mois et l'avis de personnes "du milieu" ! ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?   

Revenir en haut Aller en bas
 
surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» surdouée? le suis-je ou pas? est-ce utile de faire un diagnostic?
» suis je bien émétophobe ?
» Je suis a bout....
» Je suis malade et sa va pas
» MIMOSAFIORE Bonjour je suis un nvlle qui va bientôt se faire opérer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Surdoué(e) adulte :: Echanges :: Surdoués : les reconnaître-
Sauter vers: